et au Pride;
Champions
de la décennie à AD,
au K1 Grand Prix,
à l'Ultimate FC,
et au Pride;
des sports de combat
et des arts martiaux
jusqu'à l'Antiquité.
En octobre 1997, lors de l'UFC 15, Mark Kerr remporte son second tournoi consécutif battant en finale Dwayne Cason (par étranglement). Maurice Smith, plutôt que d'affronter Belfort ou Couture, vainqueurs des UFC 12 et 13, est opposé au charismatique barbu : David "Tank" Abbott. Il le contraint facilement à l'abandon sur des frappes. Et dans le combat pour la place de challenger officiel au titre, Couture crée la surprise en battant Belfort à son propre jeu : victoire par KO en position debout.

A la même date, un autre événement vient de naître au Japon : le Pride. Il va supplanter l'Ultimate Fighting Championship américain qui ne deviendra à l'avenir qu'un tremplin pour accéder à son homologue nippon. Le combat vedette y voit la victoire par clé de bras de Rickson Gracie (1m78, 84 kg, maître de Jiu-Jitsu Brésilien, prétendument invaincu en 460 combats) sur la star du catch japonais Nobuhiko Takada (1m85, 94 kg).
Dans les premiers UFC, les combattants étaient souvent des spécialistes d'une discipline. Aujourd'hui, "combat libre" se décline en japonais et ses combattants sont devenus des "généralistes".

Ultime baroud d'honneur pour l'UFC qui sent que le vent a tourné : l'Ultimate Japan de décembre 1997. Le tournoi voit la victoire de l'ancien catcheur japonais Kazushi Sakuraba (1m80, 83 kg) sur le jiu-jitsuka Marcus "Conan" Silvera par clé de bras. Sakuraba bat un brésilien sur son propre terrain ... et ce n'est qu'un début ! Quant au combat pour le titre, le lutteur Randy Couture y bat sur décision des juges le kick-boxeur Maurice Smith (rendant à la Lutte un titre de l'UFC qu'elle monopolise depuis le retrait de Royce Gracie).

Au Japon, c'est Rickson Gracie qui fit connaître le Jiu-Jitsu Brésilien lors de ses deux succès dans le Japan Vale Tudo de 1994 et 95 tout comme son frère Royce l'avait fait aux Etats-Unis. Mais il faut attendre le Pride Grand Prix de l'année 2000 pour qu'un autre tournoi majeur désigne enfin un nouveau champion incontestable. Entre-temps, ce sont des combats uniques qui agrémentent ces grands événements d'arts martiaux mixtes. D'ailleurs, des organisations concurrentes se développent (la Rings, le Shooto, le Pancrase, etc) sans toutefois voler la vedette au Pride. Tous les grands champions viennent au Japon y compris Randy Couture (fraîchement champion de l'UFC) qui s'y fera battre par Enson Inoue (champion de Shooto).

En janvier 2000 ("Opening round") puis en mai de la même année ("Final"), le Pride Grand Prix réunit 16 des meilleurs combattants du monde, toutes disciplines confondues. C'est l'occasion pour Royce Gracie (triple vainqueur de l'UFC) de faire son retour après 5 années d'absence au plus haut niveau. Mais on trouve aussi deux doubles vainqueurs du prestigieux tournoi américain : les lutteurs Mark Coleman et Mark Kerr (ce dernier étant le favori). Il faut aussi citer l'ukrainien Igor Vovchanchyn (recordman mondial de victoires avec 5 tournois de combat libre) et le japonais Kazushi Sakuraba qui sera bientôt surnommé le "Chasseur de Gracie".
Ce fabuleux Pride Grand Prix est riche en rebondissements et couronne le champion incontestable. Royce cède par jet de l'éponge (épuisement) contre Sakuraba après 1h30 de combat. Kerr connaît une défaillance physique alors qu'il dominait son adversaire japonais Kazuyuki Fujita. Sakuraba à son tour abandonne (épuisement) contre Vovchanchyn et finalement, c'est Mark Coleman, le lutteur, qui bat en finale Igor Vovchanchyn, le kick-boxeur.
Coleman ne défendra son titre qu'une seule fois, lors du Pride 13 de mars 2001, face au brésilien Allan Goes. Il le mettra KO en le martelant de coup de genoux après l'avoir plaqué au sol. Exactement comme face à Vovchanchyn.

Vient alors l'avénement du (probablement) plus grand champion de ces dix dernières années. En septembre 2001, Antonio Rodrigo Nogueira dit "Minotauro" (1m90, 105 kg), expert de Jiu-Jitsu Brésilien (médaillé mondial) mais aussi très fort en Muay Thaï (s'entraînant notamment avec Peter Aerts) et en Lutte Libre, ravit le titre à Mark Coleman lors du Pride 16, grâce à sa technique favorite : l'étranglement en triangle. "Minotauro" défendra son titre à de nombreuses reprises, face à toutes sortes d'adversaires (mesurant jusqu'à 2m12 comme le karatéka et pancraciaste néerlandais Semmy Schilt et pesant jusqu'à 170 kg, de muscles, comme le footballeur américain Bob Sapp).

Il faudra attendre le Pride 25 de mars 2003 pour que le brésilien Antonio Rodrigo Nogueira perde son titre (sur décision des juges) face au russe Emilianenko Fedor (1m83, 108 kg) (par ailleurs champion du monde de Sambo et de Russie de Judo).

Histoire des MMA
05/06/03