et des arts martiaux
Champions
de la décennie à AD,
au K1 Grand Prix,
à l'Ultimate FC,
et au Pride;
des sports de combat
et des arts martiaux
jusqu'à l'Antiquité.
2) Arts martiaux.

Les méthodes et moyens de combat en usage au Japon avant l'arrivée du commodore américain Perry en 1853 ont pratiquement disparu devant l'efficacité des armes occidentales. Quelques années plus tard, arcs, sabres, etc, ou méthodes à mains nues réapparaissaient après avoir changé de sens. Les "jitsu" (applications pratiques) devenaient des "do" (voies morales).
En 1868, l'empereur Mutsu Hito entreprend de restaurer l'ancienne monarchie (longtemps écartée par les shoguns et leurs samouraïs) en développant notamment des relations avec les pays étrangers et en se modernisant. Dans les années 1880, la nouvelle noblesse succombe à la mode des sports athlétiques.

Jigoro Kano (1860-1938) crée le Kodokan (école pour l'étude de la Voie) en 1882. Dès 1877, cet universitaire japonais avait commencé des recherches et un entraînement pour créer sa propre méthode en s'inspirant du Ju-Jitsu, c'est-à-dire des techniques de combat à mains nues créées et améliorées par les samouraïs du XIIIème au XIXème siècle pour leur assurer la victoire en cas de perte de leurs armes. Son Judo atteindra une dimension internationale en 1952 (création de la fédération internationale) et 1956 (premier championnat du monde), et déviendra enfin sport (de démonstration) olympique en 1964.

Le Judo est le premier art martial (japonais) à être reconnu par le Comité International Olympique. Son pendant dans la famille des sports de percussions, le Karatédo, est créé par Gichin Funakochi dans les années 1920 (plus précisément le style Shotokan; d'autres styles étant nés depuis, tels que le Goju-Ryu, le Shito-Ryu, le Wado-Ryu, le Kyokushinkaï, etc). Son admission en tant que sport olympique n'a pas encore été réalisée. C'est une autre discipline, coréenne celle-ci, qui l'a devancé : le Taekwondo.

Mais ni les champions du Taekwondo (comme Kyong-Hun Kim, premier champion olympique à Sydney, en 2000), du Karaté Shotokan, ou des styles plus efficaces en frappes réelles comme le Kyokushinkaï (avec Francisco Filho finaliste du K1-GP 2001), le Daido-Juku (avec Semmy Schilt, devenu ensuite "roi du Pancrase") ou le Seidokaïkan (avec Andy Hugh, vainqueur du K1 en 1996) ne peuvent pour l'instant rivaliser avec les (palmarès des) champions de Judo.

Les plus titrés et/ou renommés sont :
- le français David Douillet (1m96, 125 kg) : 2 fois champion olympique (en 1996 et 2000) et 4 fois champion du monde (en 1993, doublé en 1995 et 1997)
- et le japonais Yashuhiro Yamashita (environ 1m80 pour 120 kg) : champion olympique en 1984 et 4 fois champion du monde (en 1979, doublé en 1981 et 1983), qui se retira invaincu après 203 victoires consécutives,
- mais aussi le grand champion de Judo/Ju-Jitsu de la première moitié du siècle (13 titres nationaux d'un sport qui n'était pas encore international) : Masahiko Kimura (1m70, 84 kg à 20 ans, capable d'exécuter 1000 pompes d'affilée) régna sur son sport de 1937 à 1949 (exactement comme Joe Louis en Boxe).

Histoire des MMA
05/06/03